Les sources et symptômes

Les infiltrations :

Elles sont souvent visibles de l’extérieur du bâtiment .

Par principe, une infiltration désigne un processus par lequel l’eau pénètre le sol ou un autre substrat. Une barrière physique (souvent artificielle) est généralement préconisé pour prévenir ce phénomène.


L’action d’hydrofuge permet donc d’imperméabiliser les supports en rendant les matériaux imperméables à l’eau mais en restant perméable à la vapeur d’eau , la maison continue donc de respirer !

 

la condensation :

Si vous avez constaté des moisissures, de la buée sur les vitres, de la tapisserie qui se décolle ou du noir sur vos murs, il est fort probable que le renouvellement d’air est insuffisant.

 

On parle de symptômes de condensation. Si vous ne traitez pas le problème et sa cause , c’est votre logement et votre santé qui courent un risque.

 

La condensation est une des principales sources d’humidité dans une maison , surtout dans les maisons qui ont été ré-isolées depuis les chocs pétroliers.

 

Pensez donc à bien aérer votre logement en belle saison, mais surtout vérifier le bon recyclage d’air de votre maison en période de chauffage. C’est en hivers que les ventilations sont indispensables puisque l’on ouvre moins les portes et  autres huisseries.

 

Les ponts thermiques :

 

Il correspond à un écart de température important entre une zone « chaude » et une zone « froide » . 

Le pont thermique provoque de l’humidité et souvent des noircissures .  Ce phénomène est souvent dû à un manque d’isolation .

 

Les remontées capillaires :
Il s’agit d’humidité ascentionnelle . Son origine vient du sol, elle remonte dans les murs et peut engendrer différentes pathologies tel que le champignon type « mérule ».

 

Des appareils de mesure sont indispensables pour trouver le ou les bons traitements (ex : assèchement de mur ou système avec électrodes).


Les problèmes d’humidité ascentionnelle sont très nombreux en Bretagne, notamment à Brest et landerneau pour le Finistère.